menu

Mon enfant est-il daltonien ?

Vous vous demandez si votre enfant n’aurait pas un problème de perception des couleurs. Soit parce que vous avez observé quelque chose de curieux dans ses dessins, soit parce qu’il y a déjà des cas de daltonisme dans la famille. 10% de la population mondiale serait concernée, à des degrés très divers, car il en existe plusieurs formes. Anomalie bénigne de la rétine, le daltonisme peut cependant devenir embarrassant dans certaines situations. Si votre enfant est effectivement daltonien, voici des astuces pour l’aider à bien le vivre au quotidien.

 

Introduction

Le daltonisme — le mot savant est dyschromatopsie — est un défaut de la vision tout à fait bénin qui se transmet par les parents. Il s’agit simplement d’un trouble des cellules de la rétine affectant la perception des couleurs, le plus souvent le rouge et le vert. Il touche en grande majorité des garçons, et moins de 1% de filles, car en lien avec le chromosome X. La bonne nouvelle ? Cela ne pose aucun problème, hormis dans quelques situations…

Comment savoir si mon enfant est daltonien ?

Afin de savoir si vous avez ou non transmis le gène du daltonisme à votre enfant, vous devrez attendre à minima qu’il atteigne l’âge de 4 ans. Avant, il ne perçoit pas toutes les nuances de couleurs, ce qui est normal.

Il existe différents tests de dépistage de cette anomalie de la vision. Le plus courant est le test d’Ishihara, qui se présente sous la forme de planches de couleurs. L’enfant daltonien ne percevra pas la couleur de certains chiffres proposés. Il existe également deux autres tests adaptés aux enfants : le test de Verriest, basé sur des jetons colorés, et une variante du test d’Ishihara, que l’on appelle savamment test pseudo-isochromatique, spécifiquement pensé pour les enfants ne sachant pas encore lire puisqu’il utilise des formes au lieu de chiffres. Parfois effectués à l’école, ces tests peuvent être réalisés très simplement auprès de votre ophtalmologiste.

En savoir plus